•  

    Je m'approchai et glissai mes bras autour de sa taille, l'entendant prendre une inspiration silencieuse comme je l'attirai contre moi.

    - C'était il y a longtemps, murmurai-je, pressant la joue contre son dos, écoutant les battements de son cœur. Tu as changé depuis ce moment. Cet Ash n'aurait pas protégé de sa vie une stupide humaine, ou ne serait pas devenu son chevalier, ou tu ne serais pas retrouvé exilé avec elle. A chaque étape, tu as toujours été là, juste à côté de moi. Je ne te laisserai pas partir maintenant.

    - Je suis un lâche. (La voix d'Ash manquait d'entrain.) Si je tenais à toi autant que je le devrais, je mettrai fin à ma vie et la malédiction avec elle. Mon existence te met en danger. Si je n'étais plus là. . .

    - Tu n'as pas intérêt, Ashallyn'darkmyr Tallyn. (Je m'accrochai à lui.) Ne t'avise pas d'en finir avec la vie à cause d'une superstition inconnue. Si tu meurs … (Ma voix se brisa, et je déglutis.) Je t'aime, chuchotai-je en serrant les poings contre son estomac. Tu ne peux pas partir. Tu as juré de ne pas le faire.

    Les mains d'Ash vinrent se poser sur les miennes, entrelaçant nos doigts.

    - Même si le reste du monde est contre toi, murmura-t-il en inclinant la tête. Je le promets.

    Pendant un moment, nous restâmes simplement comme ça, nous contentant de rester immobile, alors que le vent hurlait autour de nous et tirait sur nos cheveux et nos vêtements. Ash, égal à lui-même, était immobile. Je fermais les yeux et me perdis dans sa respiration, dans sa poitrine qui se soulevait et s'abaissait, dans les battements de son cœur. C'était dur de croire, que parfois, ce beau prince sérieux et immortel qui se trouvait dans mes bras était à moi.

    - Meghan.

    Sa voix gronda contre mon oreille, basse et hésitante.

    - Oui ? murmurai-je.

    Il se retourna pour me faire face, prenant mes mains dans les siennes. Pendant quelques secondes, il regarda nos doigts entrelacés, fit parcourir son pouce gentiment sur ma peau, comme s'il rassemblait ses pensées.

    - Sois patiente avec moi, dit-il finalement en fronçant les sourcils. (Son regard rencontra enfin le mien, brillant et expressif.) C'est … difficile parfois, de te regarder te battre, de te voir te précipiter encore et encore au-devant du danger. (Une main se leva, de longs doigts touchant gentiment ma joue.) Je ne peux supporter l'idée que quelque chose puisse t'arriver, chuchota-t-il. Je souhaite pouvoir te protéger de tout.

    - Je sais, répondis-je en souriant. Mais c'est mon tour à présent. Tu en as déjà fait tellement, Ash ; maintenant c'est à mon tour de te protéger. Toi, Puck, le Pays de Nulle Part et… tout le monde. (Je soupirai et regardai derrière lui, les nuages envahissants le Royaume de Fer.) i je pouvais simplement découvrir un moyen de le faire.

    - Je suis sûr que tu penseras à quelque chose. (La voix d'Ash était résignée. Il m'attira à lui, entourant ma taille de ses bras. En soupirant, il baissa la tête, de douces mèches de ses cheveux frôlèrent mon front.) Essaye … de ne pas me donner une crise cardiaque quand tu le feras.

    - Je ne peux rien promettre, murmurai-je à mon tour. Mais j'essayerai.

    Son expression laissa place à un faible sourire, et il répondit par un minuscule hochement de tête

    - Je suppose que c'est tout ce que je peux demander …

    Mais avant qu'il ait pu finir, je glissai mes bras autour de son cou, me redressai, et pris ses lèvres avec les miennes.

    Il laissa échapper un cri sous la surprise, avant que ses yeux se ferment et qu'il se penche vers moi, nous rapprochant. Je savourais la sensation de ses lèvres contre les miennes, inspirant son odeur, ce mélange de givre et menthe poivrée. Il soupira mon nom, un simple mot, et cela me retourna l'estomac et enflamma mon corps. J'étais désespérée de me rapprocher et me rendis encore plus courageuse que je ne l'ai jamais été. Je poussai en avant, le poussant contre la balustrade, me mis sur la pointe des pieds pour déposer des baisers le long de son cou. Il grogna tout en penchant la tête en arrière, ses mains glissants vers le haut pour venir s'emmêler dans mes cheveux. Apparemment, je ne pouvais pas me rapprocher suffisamment. Jamais assez proche.

    Ash baissa la tête, rencontrant à nouveau mes lèvres, ses baisers soudainement pressant et dévorant. Un bras m'entoura la taille l'autre prit en coupe l'arrière de ma tête, nous pressant l'un contre l'autre tel deux pièces de puzzle qui s’imbriquèrent. Je le tins aussi fermement que je le pouvais sentant les muscles durs et fins de son dos qui se déplaçaient sous son armure. Souhaitant qu'elle disparaisse, que je puisse sentir sa peau froide sous mes doigts. Sa cape flotta autour de nous comme les bords d'ailes déchirées, nous enveloppant tous les deux et je ne voulais pour rien au monde être ailleurs.

    Ash recula soudainement, respirant profondément, essayant de se contrôler. Je sentis le martelant de son cœur. Il baissa les yeux, les épaules tremblantes, bien que ses bras ne lâchèrent pas prise et qu'il résista à ma tentative de retraite.

    - Ash ?

    Le regard qu'il me jeta était presque effrayant sous le coup de son intensité.

    - Ordonne-moi, murmura-t-il, approchant mon visage du mien. Ses yeux plongèrent dans les miens, tout à coup exigeant et suppliant. Dis-moi d'arrêter, et je le ferai.

    Je le fixai du regard, bien consciente que mon propre cœur faisait de son mieux pour briser/transpercer mes côtes. Ash me regardait, ses yeux argentés brillant de désir, et d'amour. Je tendis la main vers le haut, toucha son visage, et il ferma les yeux, posant sa main sur la mienne, la pressant contre sa joue, avant que son regard se repose de nouveau sur moi.

    Attendant. Il n'irait pas plus loin, à moins que je le lui dise. Il me laissait décider, comme il me l'avait promis. Je pouvais l'abandonner sur la champ, et il ne me suivrait pas. Ou je pouvais le laisser partir, et il le ferait. On pouvait arrêter ça, maintenant, si j n'étais pas entièrement prête.

    Je déglutis avec difficulté, baissa ses lèvres sur les miennes, et murmurai :

    - Reste.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires